logo-supervizor
DEMO

MENU

Blog Supervizor

La conquête américaine de Supervizor

Le 28 septembre, Business France annonçait la participation de Supervizor au programme Impact USA. Ce programme a pour but d’accompagner les start-ups grandissa...

logo supervizor

nov. 18, 2020

5 minutes

La conquête américaine de Supervizor

Le 28 septembre, Business France annonçait la participation de Supervizor au programme Impact USA. Ce programme a pour but d’accompagner les start-ups grandissantes dans leur développement au sein du marché américain.

 

Après nous avoir expliqué il y a quelques semaines les enjeux de l'expansion allemande, Alban Clot et Cyrille de Gastines révèlent ce que la participation de Supervizor au programme Impact USA implique pour leur entreprise.

 

  1.  1. Que représente la participation de Supervizor au programme Impact USA ?

 

Alban : Le marché américain est tellement profond qu’il est essentiel d’avoir une approche ciblée, plus que sur un autre marché, notamment la France. L’approche est différente et certainement en avance en termes d’exigence et d’exécution marketing et business. Il y a effectivement un niveau d’exigence supérieur, parce qu’il y a aussi un niveau de compétition supérieur.

 

Cyrille : L’enjeu se situe essentiellement autour de la rapidité. Il y a différentes façons d’arriver au sein du marché américain. On peut lever des fonds, arriver sur place avant de commercialiser, ou passer par un programme d’accélération, ce que nous avons choisi de faire. Il existe plusieurs accélérateurs, Supervizor passe par un service dédié aux entreprises françaises, car en plus d’expliquer les spécificités du marché ciblé, il développe les différences entre les deux marchés, ce qui nous permet d’adapter notre offre et notre communication.

 

Alban : C’est un programme très structuré qui va nous permettre d’aborder la thématique d’internationalisation d’une manière différente avec l’aide d’intervenants de qualité.

 

  1. 2. Pourquoi avoir choisi les États-Unis comme pays de développement ? Qu’attendez-vous de cette expansion ?

 

Alban : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous avons décidé de nous rendre sur le marché américain. La première c’est évidemment que c’est le premier marché mondial, ce qui représente pour nous un terrain de jeu quasiment infini. La deuxième, c’est que c’est un marché pour lequel notre produit a des résonnances naturelles, car il s’agit d’un marché de compliance. Les Américains sont très portés sur les lois de conformité, ce qui est un avantage pour notre offre commerciale, car ils n’hésitent pas à sévir de manière lourde quand les entreprises ne sont pas en règle. Enfin, même si l’insertion aux Etats-Unis coûte cher, le risque en vaut la peine. S’internationaliser a un coût et des incertitudes quoiqu’il arrive, autant nous rendre sur le marché ciblé dès le début. Chaque marché est différent et s’y intégrer nous demandera de l’investissement, autant physique que financier. La seule différence réside dans l’exécution, qui effectivement est plus coûteuse aux Etats-Unis, notamment en raison des salaires.

 

Cyrille : Nous avons de fortes attentes en ce qui concerne les Etats-Unis. A terme, nous pensons qu’il sera notre premier marché, et que cela peut être rapide. Il va nous permettre d’avoir une croissance exponentielle car nous sommes confiants sur notre produit qui s’adapte parfaitement aux besoins des entreprises américaines.

 

  1. 3. Quels sont vos objectifs à court et moyen termes ?

 

Cyrille : Pour les USA, nos objectifs à court terme sont de terminer la structuration de notre proposition de valeur, toujours dans le cadre du programme Impact USA, signer des premiers pilotes dès le premier semestre 2021, et commencer à déployer une équipe d’ici 12 mois sur le territoire.

Sur le plus long terme, nous souhaitons renforcer notre offre. Notre ambition première, qui est d’être les leaders du contrôle et de la détection d’anomalies et de fraudes, va forcément passer par les Etats-Unis, il est impossible de le devenir sans ce marché.

 

Alban : En ce qui concerne Supervizor, notre principal objectif est de nous internationaliser et de renforcer nos équipes. Nous avons pleine confiance en notre technologie qui ne cesse de se développer et qui nous permettra d’atteindre notre ambition.

 

  1. 4. Les difficultés de déplacements récentes ont-elles eu une incidence sur votre activité et votre développement ?

 

Cyrille : En ce qui nous concerne, ce n’est pas le cas, c’est même plutôt l’inverse. La raison est simple, les personnes ne s’attendent plus à ce que l’on se déplace. Nous allons avoir accès plus facilement aux CFO américains qu’avant la pandémie, car il n’y a plus la nécessité de se rendre sur place pour clôturer la vente. Il sera certainement plus simple pour nous de signer les premiers contrats, ce qui est favorable pour notre ambition d’intégrer le marché rapidement.

 

La distance est davantage acceptée aujourd’hui qu’elle ne l’était hier

 

Alban : Une fois le contexte sanitaire rétabli, il est évident que nos équipes devront être sur place afin de rencontrer les prospects. Le business se développera alors de façon locale avec les ressources adaptées. Dans notre cycle de vente, la pandémie pousse les entreprises à se digitaliser, le processus de vente est donc plus propice à la distance. Notre proposition de valeur elle-même est renforcée par le contexte, car les auditeurs ont plus de difficultés à se déplacer, Supervizor représente donc une solution adaptée face à ces complications.

 

 

En sommes, l’intégration de Supervizor sur le marché américain marque un tournant pour l’entreprise. Ce marché est prometteur pour cette société qui connaît une forte croissance et qui a pour but de pérenniser sa présence sur différents territoires.

 

L’audit à distance représente une véritable opportunité pour les fondateurs qui ont la certitude que cela deviendra une nécessité dans les années à venir.

Picture of Lilia Hifi

Lilia Hifi

Vous aimerez aussi

Les Echos : La start-up française anti-fraudes et anomalies part en conquête européenne

moins d'1 minute

Les Echos : La start-up française anti-fraudes et anomalies part en conquête européenne

« Supervizor lève 3 millions d’euros pour disrupter l’audit financier », publie les Échos ce matin.

mars 29, 2018

Supervizor était présent pour la conférence annuelle de l’IFACI

1 minutes

Supervizor était présent pour la conférence annuelle de l’IFACI

La 5ème conférence annuelle de l’IFACI s’est déroulée les 16 et 17 novembre 2017 au Beffroi de Montrouge, un lieu à la hauteur de la qualité...

novembre 29, 2017

Les coulisses de Supervizor : Le département Customer Success

4 minutes

Les coulisses de Supervizor : Le département Customer Success

Découvrez votre nouvelle série ; Les coulisses de Supervizor. Les différents pôles et équipes vous présentent leur quotidien, dans le but d’...

décembre 17, 2020